Thorntonbank : un parc éolien belge en inspection

Picture

Nous embarquons tôt le matin d’Ostende pour une journée. Ces opérations ont lieu régulièrement, toute l’année, quelles que soient les conditions météo.

Picture

Après 45 minutes de navigation vers le parc, les techniciens s’équipent et s’apprêtent à intervenir. Lors de ces interventions, l’équipement de sécurité est obligatoire, y compris harnais et VFI (vêtement à flottabilité intégrée).

Picture

L’OTS (transformateur électrique du parc) est au centre du parc : il réunit l’électricité produite par chacune des éoliennes pour l’exporter vers la côte, via deux câbles d’atterrage de 23 centimètres de diamètre. C’est aussi l’élément le plus volumineux du parc. Sa fondation pèse 800 tonnes.

Picture

L’OTS est équipé de deux boatlandings pour le transfert des équipes et du matériel. Durant cette opération, le navire (VCT pour Vessel Crew Transfer) reste en poussée pour plus de stabilité.

Picture

Le harnais est obligatoire pour grimper sur les échelles du parc.

Picture

Les équipes sont prêtes à grimper. Une fois tout le monde débarqué, c’est au tour du matériel, outils et pièces de rechange, d’être gruté.

Picture

L’OTS dispose de quatre ponts sur lesquels sont répartis tous les transformateurs et éléments nécessaires à la gestion électrique du parc.

Picture

Les câbles de 33 000 volts acheminant le courant produit par chacune des éoliennes arrivent directement au cœur du transformateur.

Picture

De part et d’autre, on retrouve deux énormes radiateurs d’huile qui assurent le refroidissement du système : l’un de 44 tonnes contenant 11 173 litres d’huile et l’autre de 50 tonnes contenant 13 407 litres d’huile.

Picture

Au dernier étage se trouvent un helideck, des caméras de surveillance et l’ensemble des instruments de mesures météorologiques, y compris les capteurs de visibilité.

Picture

Nous voici dans l’éolienne. L’intérieur des turbines offshore est plus spacieux que celui des éoliennes terrestres.

Picture

Cependant les trappes d’accès restent au même format.

Picture

On se faufile entre les bases des pales pour accéder à l’extrémité avant du hub, élément sur lequel sont fixées les pales.

Picture

Le hub se trouve à plus de 95 mètres de haut. Il supporte les trois pales qui forment un rotor de 126 mètres de diamètre.

Picture

La vérification dans le hub porte sur le moyeu intérieur et les connexions entre les différents câbles. Les boîtes en inox sur les côtés renferment les batteries et les contrôleurs d’orientation des pales. Sur ce type de turbine, la vitesse de rotation du rotor est comprise entre 7,5 et 12 tours par minute.

Picture

Plusieurs grues sont installées sur l’éolienne, y compris sur le toit de la nacelle, comme ici, en noir. Les opérations de maintenance visent à vérifier également ce type d’équipement.

Picture

L’une des étapes importantes de l’inspection consiste à vérifier le balisage de nuit des éoliennes.

Picture

La maintenance d’un parc comme Thorntonbank nécessite l’intervention d’une centaine de techniciens spécialisés pendant l’ensemble de la phase opérationnelle, soit 25 ans.